Le style de vie de Manuel Centeno
Le style de vie de Manuel Centeno
Le style de vie de Manuel Centeno

Interview

Le style de vie de Manuel Centeno

Comment te décrirais-tu ?


Ce n'est pas une question facile, mais je peux dire que je me considère comme une personne ayant beaucoup d'énergie, une énorme volonté et un grand cœur. Je me sens privilégié dans la vie que je mène, et en tant que telle, je ressens également l'obligation de canaliser cette énergie et cette volonté afin de contribuer à un avenir meilleur.


Comment le bodyboard est-il entré dans ta vie ?


De manière naturelle, depuis tout petit, nous avions l’habitude de passer beaucoup de temps à la plage avec ma famille, presque toujours à Leça da Palmeira, parce que mon grand-père travaillait à l'APDL, et donc il y a toujours eu cette relation avec la plage et la mer. Un de ces jours où la famille était réunie sur la plage, mes cousins sont entrés dans l'eau avec des planches de bodyboard, ils ont même pris quelques vagues. À ce moment-là, j'ai eu un déclic, une énorme envie de découvrir et explorer le bodyboard. 

J'ai commencé à faire partie des groupes de personnes à Porto et à Leça qui faisaient du bodyboard, j'ai rapidement commencé à faire des compétitions, à voyager, à trouver des sponsors, à apprendre à connaître le monde, les gens, les cultures, et à me connaître moi-même. Le bodyboard est donc entré dans ma vie de manière naturelle, mais il l'a complètement dirigée et a façonné une grande partie de ma personnalité.


Qu'est-ce qu'un mode de vie sain pour toi ?


Pour moi, un mode de vie sain signifie avant tout un équilibre entre la santé physique, mentale et émotionnelle mais aussi mes objectifs de vie.  Je pense qu'en général, nous avons une vision incomplète de ce qu'est la santé, nous compartimentons tout, au lieu de l'envisager comme un tout. La plupart des athlètes qui évoluent à un haut niveau savent que ces dimensions sont liées. Par exemple, je peux être techniquement super entraîné, physiquement en pleine forme, mais si je suis déprimé ou anxieux, je n'aurai pas le même rendement. Et la dépression et l'anxiété sont des pensées qui se transforment en émotions, et à un niveau aigu, elles se manifestent dans le corps physique. Par conséquent, savoir prendre soin du corps (par le mouvement, la nutrition, l'hydratation et le repos), savoir prendre soin de l'esprit (les pensées par des pratiques telles que la méditation), savoir gérer nos émotions (par le développement de l'intra-personnel et de l'interpersonnel), et suivre un chemin qui nous comble, qui a du sens pour nous, est la matrice de ce que je considère comme une vie saine.

Es-tu quelqu’un qui a une routine ? Et si oui en quoi consiste-t-elle ? 


Je n’ai pas vraiment de routine fixe. J'essaie dans mon quotidien d'aller au gré de mes envies et de réagir à ce qui se présente, et c'est un de mes points d'équilibre. Cependant, au cours d'une semaine, il y a une série d'activités que je fais habituellement simplement, sans rigidité ni dans l'ordre ni dans le calendrier.

Presque chaque semaine, je vais à l’océan, je nage dans la piscine, je développe des projets que j'ai créés ou auxquels je participe, je fais du yoga, je médite, je suis en famille, je suis avec des amis, je me connecte à la nature, etc. En fait, je pense avoir appris à écouter mon corps et à comprendre ce qu'il est le plus logique de faire.


Nous avons suivi de près ton projet d'éducation, tu peux nous en dire plus ? 


C'est une chose à laquelle je n'avais jamais vraiment aspiré, mais c’est apparu soudainement et avec une grande force. Et réalisant que c'était important, j'ai commencé à étudier l'éducation - l'éducation publique, les modèles alternatifs, ce qui se fait ailleurs, puis les pédagogues, les philosophes, à visiter des écoles et à parler à des amis enseignants. Ce que je fais, c'est créer un modèle simple et reproductible qui relie l'éducation traditionnelle à l'éducation alternative. Cette relation est rompue, et je crois que la voie est celle de l'intégration. Comme ? Créer un équipement, un centre, qui fournit des services aux écoles par la mise en œuvre de programmes alternatifs qui améliorent le retour à l'Être et à la nature. Créer aussi une équipe d'employés préparés non seulement à enseigner aux enfants mais aussi à former les enseignants. L'espace est à Serralves, Porto, en ce moment la plupart des démolitions sont faites, il y a déjà un potager, des poules, du lombricompostage, les travaux de la maison où nous allons vivre vont commencer, et le projet de licence de l'école est en cours de préparation.

Je pense que l'éducation est le grand sujet de l'avenir, plus que l'IA ou la technologie. Nous élevons des enfants pour un avenir inconnu et nous ne pouvons pas continuer à être régis par un modèle qui stagne depuis plus d'un siècle et demi, car cela reviendrait à les priver du potentiel de développer leurs capacités humaines, créatives et adaptatives qui leur permettront de résoudre les problèmes du futur.


Qu'as-tu pensé de ton premier Deeply Together ?


En fait, je considérerais même celui-ci comme le deuxième, car lorsque l'équipe s'est réunie à Alentejo, cet état d’esprit était déjà présent. Deeply est engagé dans le changement. Le changement de propriétaire est né du désir d'être plus qu'une simple marque de surf. Elle entend diffuser le bien-être, le sens de la communauté. Et c'est une nouvelle voie pour la marque, stimulante et excitante.

Je pense que ce Deeply Together a été, de manière très honnête, un groupe de personnes ayant un grand lien avec la mer, qui ont appris à se connaître, à se connecter, à échanger des idées, à bouger leur corps de manière saine et à prendre des vagues ensemble.



Partager